Moshé Feldenkrais

Un homme hors du commun

Né en Russie en 1904, Moshé Feldenkrais arrive en Palestine à l’âge de 14 ans, en voyageant par ses propres moyens. A partir de 1928 il étudie à Paris et  devient à la fois physicien nucléaire et ingénieur. En 1938, il travaille avec Frédéric Joliot et Irène Curie. Première ceinture noire de Judo en Europe.

Une blessure au genou déterminera l’orientation de son travail : celle du mouvement et de son organisation dans le système nerveux.
En effet, face à l’incapacité du corps médical à lui assurer un fonctionnement normal de son articulation blessée, il se tourne vers lui-même et ses propres possibilités. Il se penche sur la mécanique interne de son corps. Il y découvre un monde vierge qu’il n’aura de cesse de parcourir en tous sens, toute sa vie. Il s’appuie également pour cela sur des études en neurophysiologie et en neuropsychologie. Il puise dans des sources variées comme la recherche évolutionnaire, la pédagogie, l’anthropologie, la théorie des systèmes, la médecine.

De son expérience de physicien, Moshe Feldenkrais possède une conception du corps comme réalité physique : des poids et des masses organisées dans l’espace, un jeu de forces pour être debout et se mouvoir. En tant que judoka, il a une conception orientale du mouvement efficace et harmonieux, avec une utilisation minimale de l’énergie.

La Méthode Feldenkrais® possède l’extraordinaire mérite d’établir un lien direct entre science et pratique. L’approche qui est faite du mouvement en tant que base de toute action humaine, donne à la vie la possibilité d’évoluer dans un champ d’apprentissage continu.

Il enseigne en Europe, aux Etats-Unis, en Australie et en Israël où il meurt en 1984.

«Ce que je cherche, ce ne sont pas des corps souples, mais des cerveaux souples.»
Dr Moshe Feldenkrais


(source: www.feldenkrais-france.org)